Méthodologie académique : la dissertation a-t-elle raison?

L’axe véhicule de l’acte dissertationnel entend faire état d’un sujet quelconque en exposant par paliers, un spectre analytique qui égrène les arguments portant en faveur des thèses énoncées dans l’introduction.

Toutefois, il apparaît légitime de se livrer à une épistémologie de la méthode. Peut-on rendre compte d’un sujet en argumentant l’idée que l’on se fait de lui ou qu’il faudrait se faire de lui, voire qu’il serait loisible que l’on se fasse de lui ? En effet, le traitement d’un sujet apparaît couru d’avance parce qu’il est requis sur lui l’avis critique et structuré du dissertant, ce qui appel du sujet comme un prétexte à proposer un schéma d’idées que n’exprime pas le sujet lui-même. Ce qui, au regard du commentaire de texte, laisse comme une suspicion de ne pas traiter réellement le poncif mais de lui donner de sens, de se faire le pygmalion de son importance critique, de l’éviscérer, de lui donner corps. Le discours supposé objectif de l’exercice aboutit en aval, à un discours larvé de subjectivité. Aussi, l’interprétation d’un sujet ou d’un thème appelant notre expérience mentis devrait être soumise à révision.

Une refonte de la méthode parait s’imposer mais dans quelle procédure analytique ? il serait intéressant de faire fusionner le commentaire et la dissertation que l’on nommerait dissertation de texte. Il s’agirait non plus d’effectuer le commentaire analytique du texte uniquement mais bien, après en avoir fait l’exégèse, procéder à la démarche dialogique ou discussion argumentée de ce qui est explicité dans le texte par le commentant.

De ce fait, la pensée dissertationnelle serait encadrée et non plus laissée libre. Le cadre étant l’architectonie herméneutique élaboré par le commentant, socle rationnel à partir duquel serait projetées toutes pensées critiques, mettant en dialogue des arguments divers et pertinents. Le tout, bien entendu, étant de conserver l’idée de « progression ».

En somme, le cadre frigide, réducteur et infertile des étapes de la dissertation, une fois désarticulé et non respecté rendra à la pensée critique les pleins pouvoirs, comme la prose face à la poésie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s